Halte, revoilà Holbein

Publié le 01/09/2017

Absent des terrains depuis deux ans, Thomas Holbein (ici sous les couleurs de l’ASIM en 2014 – photo Brahim Bouchareb) a rechaussé les crampons au FC Rouffach, avec qui il affrontera Sigolsheim demain (19h) en D2. Aujourd’hui aide déclarant des douanes à l’aéroport Bâle-Mulhouse, cet ancien joueur professionnel lorsqu’il évoluait au Besançon RC vient apporter son expérience dans un club aux ambitions claires. Gros plan.

Il n’avait plus envie. Sa troisième saison sous le maillot orange de l’ASIM fut sa dernière et, à 32 ans, Thomas Holbein mettait un terme à son parcours de footballeur. « J’avais commencé à travailler en septembre de cette même saison, donc ça devenait très difficile de concilier les 2, explique-t-il. Et vu que c’était une saison compliquée sportivement, j’ai préféré arrêter ». La fin d’une histoire, croyait-on, qui avait démarré sur les gazons de sa ville natale, à Belfort, du côté de l’ASMB.

Elle s’est poursuivie au centre de formation du FC Sochaux-Montbéliard, qu’il intègre à 13 ans, et où il fait toutes ses classes en compagnie d’un certain Jérémy Mathieu, né lui aussi en 1983. Défenseur également, le Belfortain ne connaîtra jamais les joies de la Ligue 1 avec son club formateur. Il découvre par contre la L2 lors de la saison 2003/2004 avec l’équipe du feu BRC, où il était prêté. « Le meilleur moment, c’est quand j’ai joué à Geoffroy Guichard. C’était super à vivre » se souvient Thomas Holbein. Mais tandis que les Verts remontent dans l’élite, son club est rétrogradé en National.

Pas conservé par les Lionceaux, il reste à Besançon, qui finira par être relégué dans l’ex CFA avant de déposer le bilan. « Notre entraîneur, qui était le regretté Stéphane Paille, s’est fait licencié au bout de 3 semaines, raconte le franc-comtois. On a très mal commencé la saison et le club est tombé. J’étais au chômage, j’ai fait le stage UNFP en été et j’ai eu l’opportunité de partir en Italie dans un club que Marco Simone avait racheté ». Une expérience à l’AC Legnano en série C2 (4e division) qui prendra fin au bout d’une saison.

Thomas Holbein prend alors le chemin du retour en France, direction le FC Mulhouse où il joue durant 4 saisons. En 2010, il rejoint son ancien coach Damien Ott, fraîchement promu en National avec les SR Colmar. « J’étais content de retrouver ce niveau parce qu’il y avait de grosses équipes : Cannes, Strasbourg … C’était un championnat très relevé et donc intéressant ». L’ancien sochalien n’a pas pour autant l’ambition d’aller voir plus haut, et redescend même de deux étages en rejoignant Illzach-Modenheim. Après une bonne première saison où le club finit 6e, puis deux autres plus compliquées, il tire sa révérence. Jusqu’à cet été.

« Depuis que j’ai emménagé à Rouffach, les personnes du club me sollicitaient pour reprendre, raconte celui qui est aujourd’hui âgé de 34 ans. L’année dernière j’ai commencé à amener mes fils à l’entraînement donc ils me demandaient de plus en plus. En réfléchissant, je me suis dit que les années passaient et que j’allais peut-être avoir des regrets. En même temps, vu que pendant 2 ans et demi je ne faisais que travailler et je n’avais plus d’activité physique, ça me permet de m’entretenir un peu physiquement ». Dans l’axe de la défense à 3, ou à 5, des Rouffachois de Christophe Hurst, ou bien au milieu de terrain, Thomas Holbein s’est fixé un objectif. « La montée ».

Par Robin Jaeglé le 1er septembre 2017 à 14:43

Par Steve Delannée

Articles les plus lus dans cette catégorie