La transmission pour crédo  

Publié le 07/12/2018

Le conseil, l’accompagnement et le suivi sont les priorités d’un homme de l’ombre qui fait d’un match de football un moment spécial pour les nouveaux officiels dans le monde de l’arbitrage. Ludovic Voegel (ici à gauche), tuteur d’arbitre depuis près de cinq ans, suit et forme au quotidien de nouveaux arbitres et essaye d’inculquer à travers ses compétences et ses valeurs, les sensations qu’évoque la fonction d’arbitre. Rencontre.

Après avoir passé 12 années dans les cages de Westhouse, Bischoffsheim, Rossfeld, et Valff, Ludovic Voegel amoureux du football, découvre le monde de l’arbitrage il y a maintenant dix ans de cela. D’abord bénévole, ce trentenaire s’est vu proposer par le président du FC Valff l’éventualité de continuer dans cet univers. Après deux ans de refus catégorique, l’ancien portier de Valff a eu le déclic du jour au lendemain.

« On m’a proposé pendant près de deux ans de me lancer dans l’arbitrage, je n’étais pas du tout intéressé. Puis un jour, je me suis dit, pourquoi pas ? ». Il s’est alors lancé dans un monde inconnu pour lui, et a développé un réel intérêt pour cette nouvelle facette du football qui en deviendra vite une passion. À l’époque entraîneur des U13, pendant 3 saisons, « Lugdu » décide de se consacrer pleinement à l’arbitrage. Agent d’exploitation de la route dans la vie de tous les jours, Ludo Voegel manque de temps pour mêler toutes ses passions. Dans l’incapacité d’allier le coaching, le jeu avec son équipe du FC Valff, ainsi que l’arbitrage, il décide de faire un choix et de se consacrer pleinement à cette nouvelle passion du sifflet.

Un nouveau monde, une nouvelle passion
Avec comme qualités, la patience et l’attention, Ludovic s’est tout de suite adapté à ce nouveau monde qui lui va comme un gant. « Je dirai que la qualité principale pour être arbitre, c’est de ne pas être timide, être arbitre c’est avant tout de l’enseignement et de la discipline ». Ludovic est un jeune arbitre aux 30 printemps qui évolue jusqu’en District 1. « Les perspectives d’évolution sont possibles, mais j’aime arbitrer dans les niveaux actuels. Depuis maintenant 10 ans, l’arbitrage est une réelle passion, j’en ai d’excellents souvenirs, je ne peux décrire un seul souvenir, même si le premier match est toujours particulier. »

La porte est grande ouverte
Cinq années après avoir débuté en tant qu’arbitre, Ludovic a voulu transmettre sa passion en devenant tuteur d’arbitre. Cette fonction qui a pour objectif de suivre, former et rassurer des arbitres débutants a tout de suite plu à Ludovic Voegel, qui a particulièrement apprécié son propre tuteur Joaquim E. Silva. « Il m’a beaucoup aidé, et apporté. C’est aussi lui qui m’a donné l’envie de partager cette passion, et d’aider d’autres arbitres qui débutent. » Une fois les écrits de la formation terminés, les nouveaux arbitres, encore inexpérimentés, sont suivis par un tuteur qui accompagne leurs premiers pas dans leur nouvelle fonction.

« L’objectif est de donner envie à d’autres, de les accompagner ». Cette année, Ludovic Voegel a sous son aile deux jeunes garçons âgés d’une vingtaine d’années, Mohamed Snp et Patryk Wadja. Pour être tuteur d’arbitre, pas de restrictions particulières, une journée de formation suffit. « Il n’y a pas d’âge particulier, le but est vraiment de partager un savoir-faire, leur expliquer les tâches et comment agir au mieux en tant qu’arbitre ».

Pour Ludovic, la porte pour être tuteur d’arbitre est grande ouverte. « Des arbitres, comme des tuteurs d’arbitres, il en faut ! ». L’arbitrage ainsi que le tutorat, c’est faire un grand pas. Ne pas hésiter à se lancer dedans et essayer, rien de bien compliqué, juste la passion et vouloir transmettre son savoir-faire.

Article publié le lundi 3 décembre 2018 à 12:17 

Par Ryan CURPEN 

Par Steve Delannée

Articles les plus lus dans cette catégorie