Où s’arrêtera Bantzenheim ?

Publié le 17/06/2017

Après avoir survolé son championnat de PH, terminant avec 14 points d’avance sur Sausheim, le FC Bantzenheim dispute une finale départementale face à Hirsingue, ce dimanche (17h30). Plus occupé à préparer la traditionnelle fête des rues du village en compagnie des autres huiles du club, Sébastien Bindler (photo) ne minimise pas le rendez-vous, lui qui a vu son club passer de la D3 à la PE en 9 ans.

À l’été 2008, les Bantzenheimois célébraient leur accession en D2, avant de décrocher la couronne régionale. Une première victoire pour Éric Claden, président, et les membres de son comité, arrivés un an plus tôt. « Les joueurs et moi, nous ne les remercieront jamais assez pour ce qu’ils font » lance un Sébastien Bindler reconnaissant. Alors que le club était tombé en D3, le coach actuel avait été sorti de sa retraite anticipée de joueur pour donner un coup de pouce à un club qui l’a accueilli à ses 5 ans, bien qu’il ait connu des expériences du côté de l’AS Niefer et du FC Baldersheim. « Au départ, on avait vraiment une équipe de 18 ans qui est montée en séniors, se souvient l’entraîneur. Et sur les 18 ans qu’il y avait il y a dix ans, on en a encore 2 qui sont titulaires, dont 1 qui est capitaine ».

Trois ans plus tard, Sébastien Bindler, qui entraînait l’équipe II, accepte de seconder Manu Da Rocha sur le banc bantzenheimois. En 2012, les Rhénans accèdent en D1 et atteignent la finale régionale. Le club continue de grandir, en même temps que le coach de son équipe fanion évolue, passant numéro 1 en 2013. « J’ai pris beaucoup de recul, parce que je connaissais tous les joueurs, mais en tant que « potes » ou copains, anciens coéquipiers sur le terrain, admet-il. Donc ça a été très difficile de faire une scission, de dire ‘au foot je ne suis plus votre pote, mais votre entraîneur’. Aujourd’hui je suis intransigeant, mais je reste un entraîneur cool tant que les joueurs me donnent ce que j’attends ». Les premiers matchs sont compliqués, mais Sébastien Bindler mène finalement Bantzenheim en PH, pour la première fois, en 2015.

Si cette saison est déjà à marquer dans les annales du FCB pour sa prochaine présence inédite en P.E., elle l’est également pour son 5e tour de Coupe de France disputé face à l’US Sarre-Union (CFA2, 1-3). Le devoir des joueurs est largement accompli sur le terrain, tandis que leur engagement s’illustrera encore jusqu’à 1 h du matin, avant de reprendre à 7h pour participer à l’organisation de la fêtes des rues de Bantzenheim, histoire également de faire profiter au club de deniers supplémentaires. Pour autant, ils ne laisseront pas une victoire facile à leurs homologues d’Hirsingue. « Pour nous c’est important de la jouer pour la gagner, mais il faut savoir rester à sa place. Ça fait quand même 5 à 6 semaines qu’on n’a plus eu de match à enjeu » analyse Sébastien Bindler, avant de conclure. « La saison n’est clairement encore terminée ». 

Article publié le samedi 17 juin 2017 à 9:45

 Robin Jaeglé
Par Steve Delannée

Articles les plus lus dans cette catégorie