Team EFR, l’espérance pour tous !

Publié le 27/12/2018

A la tête de l’Espérance Futsal Rouffach depuis sa création, Aykel Kefi, jeune homme de 22 ans originaire de la commune, rêve de construire un projet club cohérent axé sur la pratique compétitive en séniors et autour du volet socio-éducatif et sportif auprès de la jeunesse rouffachoise. Un projet en pleine construction qui repose notamment sur des besoins humains et logistiques supplémentaires. Rencontre.

Jeune homme ambitieux, Aykel Kefi est un véritable passionné de ballon rond. À seulement 22 ans, le footballeur formé au FC Rouffach possède une triple casquette peu ordinaire. Joueur au sein du FC Wintzfelden depuis le début de la saison, il est également président et futsaleur du côté de l’Espérance Futsal Rouffach, club dont il est à la genèse. Après une première année d’exercice ponctuée par une belle 2e place dans le championnat d’Excellence, « un bilan très positif », la « Team EFR » s’installe progressivement dans le paysage du futsal alsacien. Un nouveau club qui fait des émules dans la région de Rouffach, pour une raison toute simple.

« Avant, tout était loin, tout le monde allait jouer dans des clubs un peu éloignés, il n’y avait rien qui rassemblait les adeptes du futsal local ». Une idée partagée par l’ensemble des jeunes du secteur qui a convaincu Aykel de se lancer dans ce nouveau projet quelques semaines plus tard. « Nous, les jeunes du quartier de Rouffach, on avait l’habitude de jouer ensemble. Puis on s’est dit un jour, pourquoi ne pas monter notre propre club ? C’est une idée que je me devais de concrétiser ». Président juvénile, Aykel Kefi a fait de son jeune âge une force. « Beaucoup de personnes sont étonnées quand je leur dit ma fonction, mais qui de mieux qu’un président jeune pour un club qui cible des jeunes de Rouffach ? », exprime-t-il.

Le pari de la jeunesse
Nouveau venu dans le monde associatif, le club est attaché à défendre son identité, plus de 80% des jeunes du club étant originaires de Rouffach. Soutenu par de nombreux amis impliqués dans la vie de l’EFR, Aykel a décidé de lancer au sein du club, parallèlement l’équipe séniors, des équipes de jeunes pour les catégories U13 et U15 en mixité. Si la nouvelle offre de pratique a trouvé écho auprès de la jeunesse rouffachoise, elle reste encore difficile à développer, faute de moyens.

« Pour l’instant, c’est un petit club. Il n’y a que trois dirigeants-entraineurs, et une trentaine de bénévoles. On espère vraiment stabiliser et développer ce projet. Je suis satisfait par les résultats de l’équipe fanion et par la gestion globale du club, mais pour continuer à se développer, nous avons besoin de soutien, notamment en terme de mise à disposition d’infrastructures, » explique-t-il.

Créneaux supplémentaires
Freinée dans son développement par le manque de créneaux dans les gymnases de la commune, la « Team EFR » attend un geste de la municipalité pour pouvoir jouer pleinement son rôle d’animatrice du territoire. « On n’a peu de soutien de la part de la mairie. Un seul créneau pour des entraînements, ça ne suffit malheureusement pas, on ne peut pas subvenir à toutes les demandes, » indique Aykel Kefi. Même si le jeune président se démène par tous les moyens pour mener à bien son projet, il compte beaucoup sur un coup de pouce municipal pour continuer à grandir.

« En seniors, notre objectif est d’être champions, mais même si nous finissons premiers, il serait en l’état impossible pour nous de monter par manque d’infrastructures, » précise un jeune homme convaincu que l’accomplissement du projet du club passera par une accession de l’équipe fanion en R1. Une présence dans l’élite du futsal alsacien serait synonyme de belle vitrine pour ce jeune club désireux de séduire davantage d’adeptes pour accentuer son rôle social auprès des jeunes du coin. Un enjeu majeur pour cette jeune association désireuse d’apprendre, se construire et se pérenniser à travers le temps.

Article publié le jeudi 27 décembre 2018 à 10:04

Par Ryan CURPEN 

Par Steve Delannée

Articles les plus lus dans cette catégorie